Développeur : 2K Czech

Éditeur : 2K Games, Gathering of developers

Plateformes : PS2, XBOX, PC

Date de sortie : 28 Août 2002

Pour la petite histoire, j’ai commencé cette série de jeux avec Mafia II qui m’avait grandement impressionné tant on rentre facilement dans la peau du personnage de Vito Scaletta et sa vie dans l’organisation du crime à l’italienne.


Mafia 2 était pour ainsi dire l’épisode le plus marquant des open world GTA like en y apportant une narration très poussée qui justifiait son aspect de monde ouvert.

C’est donc naturellement que je me suis dirigé vers les origines de cette série en attaquant Mafia 1 sur PC.

Tout d’abord, Mafia c’est quoi ?

Nous sommes ici sur un TPS en Open world tout ce qu’il y a de plus classique et majoritairement connu comme étant un GTA like.
La comparaison s’arrête ici, le travail effectué sur l’écriture du scénario de Mafia est tout simplement excellente. On ne cherchera pas ici à tuer au hasard mais bien à suivre des missions avec des objectifs clairs et toujours très intéressants justifiants nos méthodes d’approche et avec en tête l’idée de faire régner le Don Salieri sur la ville.

Vous contrôlez Tom Angelo, que l’on appellera la plupart du temps : Tommy.
Tommy est chauffeur de taxi et ne gagne pas spécialement bien sa vie, vos premières missions consisteront en des trajets simples avec des passagers à bord à mener d’un point A à un point B.
Nous avons là une introduction fine qui permet au joueur de découvrir la ville dans laquelle il va BEAUCOUP rouler.

Pas toujours facile la vie d’un mafieux


Rapidement Tommy se retrouve à embarquer des membres de la famille de Don Salieri (l’un des deux plus puissants Don de la ville de Lost Heaven) et il en deviendra l’un des sous-fifres.
S’organisent alors de grands changements dans la ville du fait de la grande guerre de gang à laquelle vous participerez.

La vie de mafieux de Tommy ne sera pas de tout repos car vous participerez à de nombreuses affaires de la mafia italienne de Lost Heaven allant du trafic d’alcool (période de prohibition oblige), du règlement de compte, de l’assassinat ou d’une simple destruction de biens pour apeurer les plus petits criminels.


Sans dévoiler plus le scénario du jeu, je peux simplement dire qu’il est excellent, nous plongeant à merveille dans un monde hostile et l’on comprend vite l’ampleur des conséquences de nos actes sur la psychologie de notre personnage.

Le gars qui ferme les yeux c’est vous.

Lost Heaven, un nom bien choisi

Lost Heaven est assez impressionnante techniquement pour une ville de 2002, elle est relativement longue à parcourir, assez remplie de mondes et voitures, on sent réellement la vie des habitants se faire dans cette ville.
Elle est construite en trois grandes îles reliées chacune par deux ponts et de grands axes. Pour la parcourir vous aurez besoin d’une bonne voiture et vous avez de la chance, le jeu vous en fournira une pléthore au point que certaines ne pourrons plus être stockées dans votre garage.

On sent une véritable vie dans la ville de Lost Heaven, sur les routes avec le respect TOTAL des PNJ du code de la route. Des citoyens qui se couchent et appellent la police quand vous sortez votre arme, des policiers qui vous tirent dessus parce que des criminels vous tirent dessus et que vous répliquez… ah non c’est un défaut ça, la police n’attaquera JAMAIS un autre criminel que vous si vous tirez avec votre arme.

J’ai pu observer des évènements aléatoires comme un homme voulant sauter d’un pont, il ne le fera jamais mais des citoyens se mettent autour de lui pour l’aider.
C’est peut-être du détail mais ça apporte beaucoup pour rendre cet univers crédible.

Un ajout de voix pour les citoyens aurait été vraiment un + pour le jeu

En revanche dans cette ville, ne vous avisez pas de faire n’importe quoi. Il vaut clairement mieux l’éviter.
Vous êtes des mafieux, vous êtes hors-la-loi, mais vous n’êtes pas intouchables et le jeu vous le fera comprendre dès les premiers instants.

La conduite est à la fois un point fort et un point faible de cet opus, je vais prendre le temps de m’expliquer :
Vos voitures évolueront avec vous, plus le temps dans le scénario passe, plus les voitures seront rapides, ce qui fait que vous aurez constamment la possibilité d’aller plus vite en véhicule sauf que nous sommes entre 1920 et 1938, par conséquent la limitation de vitesse est située à 40 km/h, autrement dit vous allez vous retrouver avec une voiture pouvant faire des pointes à 130 km/h tout en ne pouvant rouler qu’à 40km/h.

Mais je fais ce que je veux !


Peu importe la limitation de vitesse vous pouvez aller à fond avec vos nouvelles voitures. Grand bien vous fasse, mais vous allez devoir affronter la police !

Si dans les jeux vidéos, la police est synonyme de blague tant leurs intelligences artificielles sont faibles, dans Mafia il arrive que les phases de poursuites soient justes impossibles.
La police ne va pas spécialement chercher à vous arrêter, elle va plutôt vouloir démolir votre voiture, vous êtes des mafieux, mais ceux pratiquants la voiture bélier ce n’est pas vous, c’est eux !

Or, dans Mafia, si votre voiture a subi des coups assez violents, celle-ci va prendre un temps fou pour rouler, signifiant que vous devrez abandonner votre voiture et entrer en course poursuite à pieds contre des voitures de polices qui ne veulent que votre mort. Pour y échapper vous devrez attendre qu’une jauge en haut se vide complètement et c’est particulièrement long, sachant que si vous êtes dans le champ de vision d’un policier, cette jauge ne se videra pas.

Il m’est donc arrivé de nombreuses fois de simplement m’arrêter, payer l’amende (l’argent n’ayant pas de vrai intérêt dans le jeu) et repartir sereinement pour emboutir sans le vouloir la voiture de police et enchaîner une seconde amende.


Pour en revenir aux voitures, la conduite n’est pas atroce mais juste frustrante par moments. Elles participent grandement à l’immersion dans le monde de Mafia car vous forcent à vivre le monde, ces feux tricolores, les sens de circulations et tout ça juste pour que vous puissiez accéder à votre hub.

Sortons de nos véhicules un moment je vous prie

Dans la base de Don Salieri, vous aurez accès à un garage pouvant contenir une quinzaine de voitures mais à moins d’être particulièrement fan des voitures de cette époque, deux ou trois suffisent.
Si vous souhaitez débloquer plus de voitures il suffira d’aller les crocheter en maintenant la touche d’action près de l’objet de votre convoitise mais garde à la vigilance de la police.

Vous avez également accès à un prêteur d’armes qui vous refilera du matériel en fonction de la mission que vous avez à accomplir.
Vos armes vous seront fournies par la mafia, et bien que peu nombreuses, elles s’avèrent assez efficaces notamment la légendaire Thompson qui est vraiment au-dessus des autres armes.
Votre barre de santé se régénère par des kits de soins éparpillés dans les différents niveaux du jeu, et vous en aurez besoin car même en facile, vos points de vie descendront très vite, peut être même trop.

Et la bande originale dans tout ça ?

Les OST générales du jeu sont excellentes, le thème principal colle parfaitement à l’univers et nous immerge dans cet univers rappelant les films noirs et l’ensemble des œuvres touchant au domaine de la Mafia comme Scarface, les Parrains, les Affranchis, Cosa Nostra etc…


Tous les sons sont bien retranscrits et le doublage français est bon mais de temps à autres un peu inégal, certaines voix sont un peu dommage et vous feront plus sourire que de vous procurer d’autres émotions.
En revanche les sirènes de polices vont vous taper sur le système, il m’arrive de les entendre encore aujourd’hui et rien qu’en écrivant ces mots je peux les entendre, c’est dire si vous allez les déclencher souvent.

Un Open World = Des bugs

Parlons brièvement d’un point noir de Mafia, les crashs et autres soucis relatifs aux mondes ouverts.
A croire que le scandale sur Mafia III avait un passif. Sur l’ensemble de l’aventure, on croisera dans Mafia les bugs les plus connus des Open World, des PNJ qui disparaissent, des PNJ bloqués dans des murs, rien de bien particulier, tous les Open world en ont mais il faut les noter tout de même.

Non cet homme n’est pas en train de tomber, il lévite.

Le problème, c’est qu’il arrive qu’à certains passages du jeu celui-ci plante complètement, et il vous faudra recommencer cette partie du jeu encore et encore jusqu’à ce qu’il accepte gracieusement de ne pas planter.
Pour un jeu sorti en 2002 et testé pour ma part en 2019, ce genre de bug fait vraiment tâche du fait qu’il n’ait pas été corrigé en 17 ans.
Ne perdez néanmoins pas espoir à cause d’un bug, il ne m’est arrivé ce bug qu’à un seul moment de l’aventure mais il reste bien dommage de voir ce genre de soucis sur des jeux comme Mafia et pire encore que cela se perpétue au travers des épisodes.


Pour conclure sur cette aventure épique qu’est Mafia I, je dirais qu’il s’agit là d’un excellent jeu vidéo, on trouve rarement de telles pépites en Open world, le monde est vivant, le scénario est très bon ainsi que la bande son.
Le jeu est cependant un poil difficile et peut crash. Le mode « circulation libre » allonge la durée de vie du titre pour ceux voulant profiter de la ville de Lost Heaven sans trop d’embûches.
En bref ce jeu est un classique du genre, on lui en pardonnerait presque ses défauts. Je vous conseille de prendre ce jeu sur PC pour profiter de plus d’immersion liée au nombre de citoyens que le PC peut afficher contrairement aux anciennes versions consoles.
Mafia est vendu aux alentours de 10 euros et tombe fréquemment en promotion.
Un remake est d’ailleurs prévu pour fin Août et il me tarde de voir les points qui seront améliorés car ce jeu mérite vraiment d’être connu du plus grand nombre.

Points positifsPoints négatifs
(+) Lost Heaven une pure réussite(-) Des bugs, le jeu peut planter même 17 ans après
(+) Un excellent scénario du début à la fin(-) Quelques voix en deçà
(+) Les personnages sont bien écrits(-) La limitation à 40km/h, intenable vers la fin
(+) Graphiquement encore joli(-) Le contrôle des véhicules parfois compliqué
(+) Les OST et doublages(-) Quelques pics de difficulté dont on se serait bien passé
(+) Une bonne durée de vie (20h)
(+) Exigeant sur les gunfight

Note finale : 16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s