Développeurs : Jupiter Corporation / Square Enix

Éditeur : Square Enix

Genre : Jeu de cartes / Action-aventure

Plateformes : GBA / PS2 / PS3 / PS4 / XONE

KH Re : Chains of Memories est sorti deux ans après le premier Kingdom Hearts, l’objectif de cet épisode était pour Square, de toucher aux marchés des consoles portables dont l’essor des années 2000-2010 a montré que le jeu vidéo pouvait se passer de la mode des consoles de salons.
La Gameboy advance était donc une cible de choix mais s’agissant de cet épisode, on se retrouvait donc avec un jeu très limité par les capacités techniques de la console c’est pourquoi j’ai choisi de m’attaquer à son remake sur Xbox One intitulé Kingdom Hearts Re : Chains of Memories.

Le remake étant entièrement basé sur le style graphique de Kingdom Hearts 1. Je ne parlerai que très peu des graphismes de cet opus. Si vous souhaitez avoir mon avis sur cet aspect, je vous conseille le test sur KH 1 à ce lien : https://dissertoplay.fr/2020/09/10/kingdom-hearts-1-un-voyage-au-centre-du-coeur/

Attaquons-nous maintenant à ce jeu ô combien critiqué.

Reprenons là où nous nous sommes arrêtés

Les revoilà partis pour de nouvelles aventures !

Se passant immédiatement après les événements de Kingdom Hearts 1, notre joyeuse compagnie reprend du service et cherche à sauver Riku et le Prince Mickey du royaume des ténèbres.

Malheureusement, ne sachant pas comment y parvenir. Ils se contenteront d’arpenter les routes et se retrouvent sans s’en rendre vraiment compte piégés dans un étrange château.

Nous remarquerons tout de suite que graphiquement, le titre est fait sur le même moteur que le premier opus de 2002. Ce qui ne manquera pas de faire plaisir aux fans de la première heure quand on voit les comparaisons avec l’opus sur Game boy.

Vous voilà dans un château inconnu et un monsieur en impair noir vous donne des cartes

L’homme en impair noir vous expliquera brièvement que vous êtes dans le Manoir Oblivion. Un lieu mystique qui n’appartient ni à la lumière ni aux ténèbres où plus vous avancez, plus vous allez perdre vos souvenirs.

Et c’est bien cette perte graduelle de souvenirs et l’impact que cela peut avoir sur les cœurs qui fera tourner le scénario de cet épisode la saga Kingdom Hearts.
Il se trouve même que cet opus dispose de l’un des meilleurs scénarios de la franchise. Les personnages et principalement les motivations de Sora y sont bien plus détaillés et intéressants.

C’est un véritable pas en avant par rapport à l’épisode précédent qui se contentait d’un scénario très manichéen. Ici tout rappelle des notions plus abstraites, sujettes à interprétations. Le monde est plus gris et la colorimétrie du manoir oblivion où le blanc est omniprésent contraste fortement avec la noirceur de la tenue des membres de l’organisation.

Fier de vos nouvelles motivations (à savoir sauver Riku et Mickey), nos joyeux lurons se jettent dans les différents paliers du manoir. Le mystérieux homme de « l’organisation » vous donnera des cartes qui représentent vos souvenirs (c’est-à-dire les lieux que vous avez visités dans le jeu précédent) et vous devrez les compléter à nouveau.

Et on entre tout de suite dans le cœur du problème

Lorsque vous jouez à un jeu, vos objectifs sont souvent variés :
– Vous progressez dans l’aventure parce que le scénario vous pousse à en connaître la finalité.
– Le Gameplay peut à lui seul pousser l’avancement de la quête comme dans les Dishonored.
– Le jeu est graphiquement impeccable mais surtout très immersif ce qui conduit à une volonté de découverte d’un certains nombre de nouveaux décors et ambiances.

En clair, différents éléments font que vous adorez un jeu le fait que celui-ci soit unique et original rend son tout cohérent et vous pousse à le compléter.

Est-ce que cela veut dire que vous souhaitez le faire une seconde fois ? Pas forcément.
Et il s’agit là je pense, du point qui fait que 12% des joueurs (qui y ont joué sur XONE) ont complété Kingdom Hearts premier du nom alors que seulement 2% ont terminé ce Re chains of memories.

On se serait pas déjà vu quelque part ?

En effet, vous allez très vite vous rendre compte que les univers traversés sont exactement les mêmes que ceux de KH1 et les variations des quêtes par lieux sont bien trop légères pour donner un quelconque intérêt à celles-ci.

Si bien que l’on se surprend à vouloir en finir au plus vite avec les mondes pour progresser la véritable quête principale à savoir les évènements qui se déroulent au manoir oblivion.

Et heureusement cette quête-là est vraiment intéressante. A la recherche de ses amis et lors de sa progression dans le manoir, Sora se voit perdre de nombreux souvenirs quant aux événements de sa vie jusqu’au point où il ne sait plus qui il est et pourquoi il est là.

On observe cette perte progressive de mémoire chez le personnage et cet aspect lui donne beaucoup plus de consistance. Au-delà de ça, l’écriture des personnages est meilleure. Que ce soit les héros ou les membres de l’organisation bien que leur objectif ne soit pas très clair par moments.

C’est donc cette quête et ses enjeux qui donneront progressivement l’envie au joueur de refaire les mêmes mondes que dans Kingdom Hearts 1.
Cependant, une différence subsiste bien. Pour le meilleur et pour le pire, le système de combat a été entièrement revu…

C’est l’heure du DUDUDUDUDUDUDUEL !

Abandonnez le massacre de vos touches pour attaquer sans relâche vos ennemis. Désormais c’est votre cerveau qui fera le travail.

Kingdom Hearts Re : Chains of Memories prend le parti de révolutionner son approche générale des combats. Je vais prendre un petit moment pour expliquer ledit système qui est à la fois très intéressant et très décourageant.

Voici tout d’abord un court combat qui donne une idée de ce qu’il est nécessaire de faire.

Des constantes et des variables…

Vous possédez un deck composé d’un certain nombre de cartes. Chacune des cartes ayant leurs propres valeurs ce qui détermine le nombre de cartes que l’on peut stocker dans son deck.
Les cartes divisées dans les catégories : Attaques / Magie/ Objet / Alliés / Invocations.
Chacune des cartes a une valeur allant de 0 à 9.
Si vous jouez une carte attaque de valeur 5, alors vous allez pouvoir effectuer cette attaque si et seulement si votre adversaire ne joue pas une carte dont la valeur est supérieure ou égale à 5. Dans le cas contraire vous allez vous faire CARD BREAK.
C’est-à-dire que votre attaque est annulée et votre carte est perdue pour le reste du combat.
Sachant que vos adversaires disposent également d’un deck et leurs attaques subissent les mêmes contraintes.



Vous devrez donc toujours jouer des cartes d’une valeur supérieure à celles de vos ennemis en sachant que vous pouvez effectuer des combinaisons de cartes. Combinaisons qui ne sont pas non plus sans risque.
Même si vous faites une combinaison de trois cartes d’une valeur de 7. C’est-à-dire une puissance de 21. Un simple 0 (carte qui contre tout du moment qu’elle est jouée après) peut ruiner vos 3 cartes.
Pour attaquer votre adversaire vous devrez donc jouer vos cartes intelligemment et toujours anticiper la prochaine carte, la prochaine action qu’il va effectuer. Sachant qu’en plus de tout ça, le jeu est assez difficile.
Le tout est de comprendre comment parvenir à équilibrer son jeu et quel est le deck le plus adéquat combattre tel ou tel boss.

Toi là, Vexen, personne ne t’aime

Vous comprendrez donc que ce système plutôt complexe n’ait pas plu à de nombreux joueurs tout juste sortants de KH1.

Les cartes régissent vraiment tout

Dans cet opus de Kingdom Hearts, les cartes ont également une part essentielle vis-à-vis des déplacements dans les différents mondes que vous visiterez.

Chaque monde est composé d’un ensemble de pièces dont les accès sont verrouillés par des portes et il vous faudra attribuer les bonnes cartes aux portes pour les ouvrir.
A chaque fin de combat vous recevrez une carte lieu, cette carte a une valeur qui devra correspondre à la valeur demandée par la porte pour que celle-ci daigne s’ouvrir.
Mais ce n’est pas tout ! La carte que vous aurez insérée dans la porte aura un effet sur la pièce. Cela peut être une augmentation de vos dégats, une plus forte présence ennemie ou bien un point de sauvegarde.
Et cet aspect de la progression se présentera avec toutes les portes.
C’est un système original mais pas franchement intéressant. Il permet juste de rendre la progression dans les mondes plus à votre goût qu’autre chose.

De plus, une forte répétitivité s’installe dans la mise en place des mondes. Vous devrez chercher la carte clé par trois fois par mondes pour finalement atteindre le boss et passer au monde suivant.
Une progression vraiment pas amusante et qui ne fait que s’ajouter au sentiment déjà présent de répétitivité de cet épisode.

La même configuration encore et encore

Bien, j’espère que tout est clair pour vous, si ça ne l’est pas c’est normal il faut un certain temps pour digérer toutes les informations du gameplay pour le moins atypique de ce Kingdom Hearts.

Bien que très particulier, ce gameplay qui m’a tant rebuté lors de mes premières sessions m’est apparu vite comme agréable et technique. Sortir de sa zone de confort n’est pas donné à tous et réussir à maintenir cet aspect jeu de cartes sur une assez longue durée de vie montre une franche réussite et une véritable volonté d’essayer autre chose.
En revanche, il est regrettable que de nombreux joueurs se soient arrêtés dès le début pour la simple raison que c’est « différent » et n’ont pu profiter de l’avancement de la quête par eux-mêmes.
On ne peut pas leur en vouloir, ce système paraît bordélique de prime abord et si on le combine avec la visite de mondes déjà connus, ça ne donne vraiment pas envie de faire opus.
Et c’est ça qui est le plus frustrant. Nous avons là un très bon Kingdom Hearts avec un excellent scénario mais qui se fait saboter par une prise d’initiative risquée sur le gameplay et un non-renouvellement des zones et adversaires qui ferait tiquer n’importe quel joueur.
Pourtant, une fois que vous réussissez à manier le jeu et son style vous verrez très vite qu’il dispose de grandes qualités.

Et quand il n’y en a plus…

Il y en a encore


Si vous avez survécu jusqu’ici et terminé le jeu. Vous remarquerez très vite la présence d’un nouveau mode qui se nomme Rebirth.
Il s’agit d’une aventure parallèle à celle de Sora, Dingo et Donald où vous incarnerez cette fois-ci Riku qui lui aussi, perdu dans le manoir Oblivion cherche désespérément à vaincre les ténèbres qui siègent encore en son cœur.

Ici, rien à voir avec les souvenirs. Seul compte votre quête de lutte contre les ténèbres qui vous assaillent. Riku devient un personnage bien plus ambigu que le « Sasuke » qu’il semblait être dans Kingdom Hearts 1. Il y gagne en ampleur et en maturité et ça fait du bien.

Vous passerez une nouvelle fois les mêmes mondes (eh oui encore). Mais cette histoire inédite sur un personnage plus qu’important vaut vraiment le coup d’œil. Et si vous êtes encore d’attaque allez-y.

Mais si ! Je suis sûr de t’avoir déjà vu quelque part…

Ce qu’il faut savoir sur ce contenu supplémentaire c’est qu’il est environ deux fois plus court que l’histoire de Sora et que cette fois-ci vous disposez d’un deck préconstruit en fonction du monde dans lequel vous êtes rendant déjà bien moins laborieuse les phases de préparations puisqu’il n’y en a plus.

Aussi Riku est nettement plus puissant que Sora et dispose d’une jauge Dark qui se remplit au fil de vos CARD BREAKS. Une fois le mode Dark actif, vos combos seront bien plus dévastateurs et Riku éliminera ainsi bien plus vite ses ennemis.
Si l’on compare à la partie de Sora, la difficulté est bien moindre et votre progression sera plus dynamique.
En revanche, en vous privant de la liberté de construire son propre deck, certains combats deviennent absurdes par leurs difficultés et l’on se sent moins acteur de notre propre réussite.
Ce mode Rebirth n’est pas un simple plus, il est à considérer comme une portion de l’aventure principale que les développeurs ont choisie de ne pas croiser directement avec celle-ci pour garder un tout fluide.

Ce n’est que le début du voyage

Pour conclure sur ce Kingdom Hearts Re : Chains of Memories. Les développeurs ont tenté une approche nouvelle au gameplay de la série. Une approche cohérente avec son univers mais bien trop complexe pour un jeu qui se revendique dans la simplicité.
On saluera l’effort et la réussite d’un gameplay innovant mais qui l’était sans doute un peu trop pour cette époque.
Re chains of memories est aujourd’hui encore un OVNI, le mélange jeu d’action avec jeu de cartes n’est pas garanti de succès et si l’on pense à quelques réussites comme Slay the Spire, il n’était pas évident en 2004 de proposer un tel gameplay.
Bien que très répétitif, j’ai beaucoup apprécié cet opus qui met une attention toute particulière sur le thème des souvenirs et sur la véracité des sentiments qui y sont liés. Il sera très certainement cité dans un article qui aborde ce thème.
Cet épisode sert de pont, de transition entre Kingdom Hearts 1 et 2 mais n’est en rien anecdotique, je vous conseille fortement de vous y essayer même si le gameplay parait rebutant au début.
Les musiques, l’ambiance mais surtout l’esprit de la saga Kingdom Hearts sont vraiment présentes et apportent à elles seules toutes les conditions pour que vous passiez un bon moment.

Points positifsPoints négatifs
(+) Un système de combat intelligent et exigeant…(-) … Qui ne plaira pas forcément aux amateurs de la saga
(+) Le scénario sur la quête des souvenirs(-) C’est répétitif, vraiment trop
(+) Le mode Rebirth : une aventure à part entière(-) Des combats un peu trop ardus par moment
(+) La culture du mystère du manoir oblivion
(+) Les OST toujours au top

Note finale : 14/20

4 commentaires »

  1. Je suis ravie de découvrir ton blog, car une vision aussi analytique des jeux vidéo est assez rare. De plus, je suis fan de Kingdom Hearts, donc c’est tout bénéf’ pour moi ! J’ai terminé quasiment tous les opus de la franchise, mais je dois avouer que je n’ai jamais réussi à venir à bout du début de ce Chain of Memories, en dépit de plusieurs essais. J’ai compensé cela en lisant les mangas qui en reprennent l’histoire. J’ai beaucoup de mal à me faire au gameplay. Combiner action + jeu de cartes + 3D, c’est trop pour moi. Je me demande si le jeu initial, sur Game Boy Advance, n’est pas plus accessible ? En tout cas, au plaisir de te relire !

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi pour ton commentaire ! J’essaie d’analyser au mieux le jeu qui se trouve dans mes mains et j’espère pouvoir aller plus en profondeur au fil des articles. Chain of Memories était en effet un épisode bien particulier, il sort du lot par son Gameplay vraiment atypique et pas forcément intéressant. J’ai eu beaucoup de mal à m’y mettre sérieusement au début du fait des trop grandes ressemblances avec l’opus précédent mais une fois que le système de cartes est intégré (si l’on aime ce système qui peut rebuter) j’ai pour ma part pris du plaisir à faire ce jeu. Le jeu initial sur GBA est un peu plus accessible du fait de la non présence de la 3D. Ça enlève l’aspect redondant et fait découvrir les niveaux sous un autre angle « vue du dessus » si je ne m’abuse. Je trouve que cet épisode, si l’on apprécie vraiment pas le système de cartes, est dispensable en gameplay mais son scénario restera bien trop important pour la suite des aventures de Sora pour que l’on l’ignore.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s