Développeurs : Dontnod Entertainment

Éditeur : Square Enix

Genre : Point’n Click, Jeu à choix

Plateformes : XONE, PC, PS4

La saga Life is Strange du studio DONTNOD est aujourd’hui bien connu du grand public grâce à son premier jeu sorti en 2015. Un jeu composé en 5 épisodes relatant les histoires de Max, une photographe en herbe qui essaie d’arranger le plus possible les choses à l’aide d’un pouvoir lui permettant de remonter le temps. Dans la dynamique de parler de sujets de société, DONTNOD a su montrer son talent d’écriture et de mise en scène, le premier épisode brillait par sa capacité à rendre ses personnages crédibles et son univers terriblement attachant.
Servi également par une ambiance musicale de qualité, ce premier jeu fut une franche réussite malheureusement ternie par un jeu « Before the Storm » de Deck Nine bien en dessous tant scénaristiquement que dans l’ambiance globale que présente le jeu. Les sujets ne sont pas aussi marquants et le joueur se retrouve vite las d’un Point N’Click scénarisé tout ce qu’il y a de plus classique. Aujourd’hui nous allons voir si le troisième jeu de cette licence vaut le coup de s’y attarder…

Life is Strange 2 : ça raconte quoi ?

Life is Strange 2 débute à Seattle chez la famille Diaz. Phrase banale pourvue de 3 détails qui auront une énorme importance cet épisode.

Premièrement Seattle : contrairement à Life Is Strange premier du nom, nous ne sommes pas dans une ville fictive comme Arcadia Bay, nous sommes ici dans le monde réel avec tout ce qu’il implique.

Second point important : la famille, thème qui, si l’on y regarde assez prêt n’est pas tant exploité que ça dans l’univers des jeux vidéo, tout simplement parce que l’environnement familial n’est pas propice aux jeux et implique des échanges quasi permanents entre les personnages. Les récents A Plague Tale : Innocence et Brothers : a tale of two sons sont des cas particuliers qui exploitent plutôt bien les relations familiales et surtout fraternelles.

Dernier point : Diaz, un nom de famille aux consonances espagnoles. Vous y êtes, nous parlerons bien dans ce jeu du racisme montant aux États-Unis envers l’immigration des peuples traversant la frontière depuis le Mexique.

Mais avant tout, Life Is Strange 2 est l’histoire d’une longue cavale de deux frères qui souhaitent plus que tout aller au Mexique pour fuir les charges qui pèsent contre eux ; à savoir le meurtre d’un agent de police à Seattle.

Vous allez en faire du chemin…

La jeune fratrie va donc quitter son foyer dans l’espoir de rejoindre Puerto Lobos au Mexique dans l’espoir que l’on ne les poursuive pas jusque là-bas. De très nombreuses aventures les attendent puisque le trajet sera très long mais pas inintéressant pour autant. Là où LIS 1 mettait l’accent sur l’immobilité spatiale pour accroître la mobilité temporelle, on se retrouve ici à parcourir plusieurs États durant différentes saisons et l’on croisera un bien plus grand nombre de personnages qui apportent tous des éléments utiles à l’intrigue.
On se sent très vite concerné par l’histoire des deux frères.
Je me rends compte que je n’ai même pas encore pris le temps de vous parler de nos deux louveteaux.

Sean, le grand frère, est un adolescent de 16 ans tout à fait normal. Il va au lycée, a une meilleure amie, est secrètement amoureux d’une fille de sa classe, fait du sport, boit et fume à l’insu de son père. En somme nous avons là un adolescent tout ce qu’il y a de plus classique. Fait intéressant : de par sa normalité, Sean se retrouve confronté aux évènements face auxquels il ne peut que difficilement lutter. Il est fragile et se remet très souvent en question. C’est cette grande fragilité typique de l’adolescence qui rend le personnage attachant, sa lutte désespérée n’a que pour but d’offrir la sécurité à sa famille.
Et point très important, c’est lui que vous contrôlerez pour toute l’aventure. Vous veillerez constamment à faire les choix qui vous paraissent justes, ces choix détermineront (dans une certaine mesure) la suite de votre aventure mais surtout, ces choix influenceront directement les actions de votre jeune frère Daniel. (Mécanique que l’on peut observer dans la saison finale de The Walking Dead de Telltale.)

Daniel, le petit frère, n’a que 8-9 ans lorsque les évènements de Seattle viendront lui prendre son insouciance sur la vie. Il est énergique et se comporte très exactement comme l’image que l’on se fait d’un enfant de cet âge. Il est joueur mais se lasse très vite, aime les dessins animés et les Chock’O Crisp. Il est en revanche très influençable et suit les directives de son frère seulement s’il en a envie. Un peu comme Amicia et Hugo de A Plague Tale, les relations entre les deux frères sont assez tendues du fait de leur différence d’âge et donc de réaction face aux évènements.
Oh ! J’ai failli oublier, Daniel a des pouvoirs. Il s’agit d’un pouvoir de télékinésie. Ses limites ne seront jamais vraiment évoquées mais Daniel peut faire voler les objets à sa guise ou leur donner des impulsions (un peu comme la Force en fait). Et l’essentiel de ses actions vont demander un contrôle important, c’est pourquoi il écoutera les conseils de Sean quant à l’utilisation de son pouvoir. Va-t-il faire les bons choix ? Qu’est-ce que le bon choix ? Ce sera à vous de lui répondre.

Vous aurez de longues discussions avec votre frère sur de nombreux sujets


Nous allons maintenant discuter des thèmes et éléments qu’abordent LIS 2. Dans mon introduction, j’ai évoqué que les développeurs de Dontnod sont sortis de leurs zones de conforts pour ce qui est des thèmes que travaillera ce jeu.

Si dans Life is Strange 1 les thèmes évoqués sont le suicide, la fin de vie, la vie en milieu scolaire, le harcèlement et bien sûr le temps. Ce nouvel épisode entre dans des thématiques qui touchent plus directement à la politique des années 2016 aux États-Unis. Vous voyez où je veux en venir.
Le racisme sera fortement traité avec des personnages qui n’hésiteront pas à faire des préjugés et autres remarques par rapport aux origines de nos deux héros, et sans spoil des passages entiers sont consacrés à cette thématique lui donnant une forte ampleur dans cet épisode.
On passera également par le traitement des marginaux ainsi que de la légalisation de l’usage de certaines drogues, de la religion et des difficultés des relations familiales.

Les thèmes sont ici bien plus travaillés et amènent à de vraies réflexions. Toujours dans la continuité des thématiques sociales qu’abordait déjà le 1 mais cette fois-ci en y ajoutant une ville réelle et un environnement extérieur à l’école, Dontnod donne à ces sujets un plus grand impact chez le joueur. L’univers dans lequel se passe le jeu étant le nôtre, le joueur se sent bien plus concerné par l’ensemble des idées mises en avant.
C’est par un mécanisme simple de réalisme que nous entrons et découvrons le monde tel qu’il est.

A vrai dire, n’est-ce pas là le but du jeu vidéo ?

Je m’explique avec différents exemples :
dans le cas de la lecture d’un livre, nous allons imaginer en grande partie les personnages, les voir dans des décors directement issu de notre conception mélangée avec les écrits de l’auteur. Lorsque le personnage vivra des aventures, elles seront forcément déformées en passant par le prisme de notre propre conception de l’évènement vécu.

Dans le cas d’un film, nous voyons directement ce que traverse le personnage puisque le travail d’imagination a déjà été effectué par un réalisateur. Nous observons donc directement ce que lui a imaginé et comment il a décidé de le retranscrire. Encore une fois, la situation s’en retrouve déformée non pas par notre vision mais bien par celle d’un autre.

Alors que dans le média vidéo-ludique, nous pouvons ici faire des choix, sur la manière dont se déroule l’évènement en face de nous et interagir. Nous devenons le personnage, nous voyons au travers de ses yeux, nous vivons sa situation. En clair, le jeu vidéo permet l’incarnation. et un évènement que nous vivons par nous-même est bien + impactant qu’un évènement vécu par autrui.

Cette approche de la situation et du ressenti ne peut être faite que si et seulement si nous nous sommes identifiés au personnage et si l’immersion est suffisamment bien travaillée, point sur lequel nous arrivons.

La réussite de LIS 2, c’est son immersion

Pour Sean, être en cavale avec un petit frère doué de télékinésie ne sera pas de tout repos… Écoute ta musique mon petit, t’en auras besoin

On va maintenant s’attaquer à ce qui fait de ce Life is Strange 2 un épisode intéressant et imparfait en même temps, j’ai nommé : l’immersion.

De tous les joueurs avec qui j’ai pu échanger, ce qui faisait de Life is Strange premier du nom un bon jeu c’était la facilité avec laquelle nous entrions dans son univers, ses personnages et surtout le lien qui les unit permettaient à un jeu narratif de sortir du lot.

Pour renforcer l’immersion dans un jeu, il faut avant tout rendre son univers cohérent et attractif, deux points essentiels mais difficilement atteints par beaucoup de jeux. Et c’est là que LIS 2 vient tirer son épingle du jeu. Dès les premiers instants, les premiers inputs, on se sent dans l’univers de Sean et Daniel, les enjeux sont clairs, le monde dans lequel on vit est chaotiquement cohérent, en bref l’introduction est excellente pour cette immersion.

Bien sûr l’immersion doit se renforcer au fil de l’aventure, pour ça DONTNOD va comme dans son premier jeu, utiliser beaucoup de musiques diégétiques qui bien que sympathiques ne m’ont pas plus marqué que ça lorsque l’on est en dehors du jeu, mais elles sont terriblement bien intégrées lors des passages importants de l’histoire et viennent compléter avec brio les émotions des personnages.

Cette immersion passe également par une relation entre frères plus que réussie avec des séquences d’introductions à chaque épisode où nos deux compagnons racontent leur histoire en la transposant en un conte de deux loups qui résume correctement les évènements précédents et apportera avec lui l’idée que ce ne sont que des enfants perdus et qu’ils sont effrayés de ce monde.

Bien que courts et peu animés, ces dessins sont d’agréables introductions aux épisodes

A tout cela on peut ajouter qu’il y a la présence d’une somme d’argent dont vous disposez pour survivre mais si cette feature semble importante à l’épisode 1, elle devient complètement anecdotique très rapidement pour ne pas dire inutile. Il y avait là une idée que le studio n’a pas su développer. A raison selon moi, des mécaniques de survie ne sont pas vraiment attendues dans un jeu sans échec.

Le journal et le téléphone de Sean, ça c’est une bonne idée ! Exploitez-là plus !

La narration devait rendre attachants les personnages de Sean et Daniel sans quoi le joueur peut passer à côté des émotions que le jeu veut transmettre. DONTNOD a donc repris le concept du téléphone portable de LIS 1 et l’a rendu plus attrayant, je me suis surpris à lire les messages de Sean dès mes premiers pas en l’incarnant pour le comprendre, ce qu’il est, ses motivations, sa vie.
On nous donne ici la possibilité de pénétrer la vie de ce jeune adolescent qui avait jusqu’ici une vie très classique et c’est ce voyeurisme qui nous rend son incarnation agréable. On devine vite comment il peut réagir face à des situations et pour ma part, je voulais rendre son histoire en adéquation avec le comportement, l’image que j’avais de ce garçon.

De plus, il m’arrivait de vraiment vouloir tenir informé d’autres personnages du jeu et j’aurai presque aimé que plus de possibilités apparaissent sur cette feature. C’est une bonne idée, elle mérite d’être encore plus exploité !

Et tout cela est renforcé par le journal que tient Sean, il y dessine ses aventures, y raconte ses craintes, ses objectifs, sa relation avec Daniel. Si les jeux vidéo permettent une forme d’introspection en jouant quelqu’un, il était très bien pensé de la part du studio de faire écrire l’histoire de Sean que vous créez, par la main de ce même personnage.

Tout est fait dans ce LIS pour que le joueur se sente pleinement investi dans la quête des deux garçons

On va parler brièvement animation et graphismes

L’animation est correcte, il arrive que les personnages soient un peu statiques mais dans l’ensemble il n’y a aucun souci.Tout tourne d’ailleurs correctement sans chutes de framerates pour ma part et les détails sont très présents dans les décors, c’est du beau travail. Pour ce qui est de la patte graphique en général nous ne sommes pas perdus par rapport à l’épisode précédent c’est la même chose en plus jolie. Par moments le contraste entre les visuels des personnages et celui du monde autour est un peu étrange. A l’image des productions Disney qui ont des décors sublimes avec le souci du détail et des protagonistes plus pâte à modeler.

J’ai été forcé de reconnaître que LIS 2 nous offre très fréquemment de splendides panoramas mettant en lumière toute la richesse géographique naturelle des États-Unis. De la forêt enneigée aux lacs majestueux du printemps et de l’automne en passant par les grandes plaines désertiques et les canyons, oui vraiment cet épisode est beau.
Il a quelque chose de grandiose et on ressent l’infiniment grand face auquel nous devons nous confronter. On ressent l’immensité de la nature et nous voyons bien que nous ne sommes que d’insignifiants éléments vivants parmi tout un système bien pensé et qui sera là bien après nous. C’est une véritable ode au vivant, à la nature que nous propose DONTNOD dans cet opus.

On s’arrête, on observe le jeu, on se pose dans un coin pour profiter des paysages, on réfléchit à la vie et à la situation que vivent nos deux protagonistes. Life is Strange 2 est un jeu qui prend son temps, on ne l’apprécie vraiment que lorsque l’on prend le temps de le comprendre.

Quelle conclusion pour cet opus ?

Life is Strange 2 est bon, fier de son équipe qui a su montrer tout son talent sur le premier épisode, Dontnod nous affirme une fois de plus qu’il sait faire des jeux narratifs. Le gameplay est en revanche bien plus en retrait et il n’y a aucune nouvelle mécanique pour remplacer le rewind du premier jeu. Les musiques sont moins marquantes et le jeu souffre de problèmes de rythme par moments.

Cet opus apporte du concret, ses personnages sont beaucoup plus humains et les problématiques sont amenées correctement. Le doublage est excellent et les personnages sont en majorité attachants, l’alchimie entre le joueur et le personnage se fait presque instantanément avec l’immersion que ce LIS nous offre. Les panoramas sont dignes des grosses productions actuelles et ils apportent un véritable plus à la cohérence du monde dans lequel vivent nos deux protagonistes.

Il me semblerait étrange pour toute personne ayant aimé le premier jeu ne fasse pas le second (sans compter le préquel). Alors jetez-vous à l’eau et essayez donc d’aider Sean et Daniel à s’en sortir.

Once upon a time in a wild… wild world…

Points positifsPoints négatifs
(+) Sean et Daniel, deux très bons personnages(-) Des problèmes de rythme par moments
(+) Daniel et son apprentissage(-) On aimerait que nos actions aient plus de conséquences
(+) La fin (-) Quelques textures en deçà du reste
(+) Les doublages collent très bien
(+) Une narration et une mise en scène de très bonne facture
(+) La qualité artistique du titre est indéniable
(+) Les sujets de société sont relativement bien abordés
(+) La représentation de notre monde, tristement fidèle

Note finale : 17/20

3 commentaires »

  1. Quel article ! Life is Strange 2 est sans doute mon favori de la saga et tu lui rends honneur. Il est vrai que l’immersion est telle que certaines scènes sont très poignantes. J’apprécie ton analyse qui fait le pont avec d’autres jeux, non sans pertinence. J’ai pris plaisir à te relire. A bientôt !

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ce commentaire ! Life is strange 2 est en effet un très bon jeu qui a malheureusement souffert de la comparaison avec le précédent, les joueurs se sont enfermés dans cette idée que max et chloé ne sont pas présentes et par conséquent le jeu n’en vaut pas la peine, alors que sur pratiquement tous les aspects, ce LIS 2 est bien meilleur. Je suis heureux de voir que ceux qui ont pris la peine de l’essayer ont appréciés le jeu.
      Merci encore de ce commentaire et j’espère que les prochains articles te plairont 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s