Développeur : Valve

Éditeur : Valve

Plateformes : PC, PS3, X360

Date de sortie : 1er Juin 2006

GORDON, COURS !

Bienvenue dans Half-Life 2 : Episode 1. Vous venez de vaincre le grand dictateur de Cité 17 et un nouveau portail vers le monde des créatures déjà bien trop présente dans votre monde depuis la catastrophe de Black Mesa (Half-Life 1).

Toujours accompagné par Alyx, vous devrez trouver le moyen de fuir Cité 17 avant que ce portail engloutisse complètement la ville et ses habitants.

Ici très peu de scénario ou de mise en scène, vous allez fuir en permanence et aider les citoyens à s’échapper.

C’est un point qui n’avait jamais été vraiment abordé dans cette série de jeux, Gordon Freeman en tant que One Man Army cherchait toujours à résoudre la situation en tirant sur tout ce qui bouge en bon scientifique qu’il est.

Cette fois-ci, il ne peut rien y faire. La ville va être engloutie.

Chien et Alyx, vos fidèles compagnons

Si chien n’a cette fois-ci qu’un léger impact sur le scénario, ce ne sera pas le cas d’Alyx qui vous aidera et vous suivra pratiquement tout le long du jeu.
Elle participera aux combats, déverrouillera des portes et vous donnera quelques indices sur les énigmes à résoudre.

Eh oui des énigmes dans un jeu où il faut fuir ! Si celles-ci ne sont pas spécialement compliquées, pour accéder à certains passages il vous faudra tirer sur les bons mécanismes à l’aide de votre pistolet à gravité, arme ô combien célèbre depuis Half-Life 2.

J’ai trouvé dommage ces énigmes dans le sens où elle ralentisse le rythme assez effréné du jeu. Elles n’apportent rien à l’aspect FPS rapide que propose cet episode one.

En revanche, le moteur physique est lui aussi toujours aussi présent et en 2020 toujours aussi efficace ! Qu’il est plaisant de balancer des voitures, des armes, des plots à la figure de vos adversaires.

Alyx, ceinture noire

Des ennemis tous nécessaires ?

S’il paraît logique que vous affrontiez à nouveau les créatures issues de Xen (Monde des monstres), il est très étrange de se confronter aux soldats de Cité 17 qui cherche avant tout à vous tuer avant que la ville ne s’effondre.

Ils suivront leur dictateur jusque dans la mort et vous serez là pour vous en assurer. Il n’y a pas de point de vue gris, soit vous êtes un gentil résistant, soit un méchant soldat et à aucun moment le jeu n’entrera dans ce conflit, c’est un point qui aurait pu être travaillé dans cet opus alors que vous venez de mettre un terme à la tyrannie qui régnait sur Cité 17.

Chaque ennemi de Half-Life 2 est ici recyclé et il n’y a pas de nouvelles créatures avec un impact réel sur le gameplay. En revanche chaque ennemi est disposé d’une manière logique dans les niveaux et c’est assez immersif.
Vous croisez les monstres dans les souterrains, les soldats en ville, les monstres dans les zones abandonnées et à mesure que le portail s’ouvre, les abominations prennent de plus en plus de place.

Certaines zones ont franchement une gueule

Half-Life 2 : Episode 1 reprend la formule classique de la série avec une succession de scènes de tirs rapides, de la plateforme avec énigmes, petite phase de dialogue et on recommence. C’est en partie ce qui a fait la renommée du 2 avec son scénario correctement intégré dans un FPS nerveux et ça fonctionne toujours aussi bien ici.

C’est d’autant plus efficace lorsqu’il vous faut aider les habitants de la cité à fuir et que vous vous retrouvez pourchassé par des snipers, des hélicoptères et des monstres.

Ce jeu devient un véritable bordel duquel vous devez vous dépêtrer au plus vite avec vos armes allant du Sacro-saint pied-de-biche au destructeur lance-roquette.
Et c’est ce qui pour moi, fait la grande force de cet épisode, on ressent véritablement ce besoin de fuir, d’aller toujours plus vite vers l’avant car de toute façon vous ne viendrez jamais à bout de tous les ennemis que la cité et le portail ont à vous offrir.

Il n’y a pas beaucoup de niveaux mais ils ont tous leurs petits moments

Le jeu est en lui-même assez court (6h) mais vous offrira de bons passages où vous pourrez donner joie à votre soif de sang. Les niveaux sont bien répartis et ont tous leur petite utilité à votre fuite.
Ce travail sur la fuite en avant est assez remarquable et donne lieu à des passages où vous, en tant que joueurs, devraient être très réactifs sous peine de mourir.

Il y a beaucoup moins de sources de soins et si comme moi, vous essayez de faire le jeu uniquement avec le pistolet à gravité, certains passages sont assez compliqués comme l’hôpital où se battre en lançant des tables n’a jamais été aussi palpitant.

Une très bonne suite donc ?

J’ai adoré Half-Life 1 et j’ai trouvé moyen le 2 pour diverses raisons que j’aurai peut-être la chance d’expliquer un jour. Mais cet épisode one fut pour moi un retour à ce qu’était cette série, l’aspect fuite colle merveilleusement avec le côté Fast FPS du 1 et l’on se sent à nouveau embarqué dans cette aventure.

Graphiquement le jeu tient ses promesses et reste encore assez beau aujourd’hui et la bande-son est toujours de qualité, rien de fantastique mais qui nous immerge bien dans cette cité 17 au bord de la destruction.

Un beau feu, de bonnes particules et un beau GRAVITY GUN

Nous avons donc là une suite de qualité pour la série bien que courte et avec des problèmes de rythme qui je l’espère seront corrigés avec l’Episode Two…

Points positifsPoints négatifs
(+) Un moteur physique toujours impeccable(-) Un peu court (6h)
(+) Fluide, rapide et dynamique : du vrai Half-life(-) Des musiques pas très inspirées
(+) L’idée de fuite qui couvre le « scénario »(-) Bien que l’on fuit, on n’apprend VRAIMENT rien
(+) Le feeling des combats est en 2020 toujours très bon(-) Les énigmes cassent le rythme
(+) Alyx : enfin crédible

Note finale 14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s